Laphroaig 15 – Happy Anniversary to me

 

20161025_221431

 

Laphroaig 15 “2ooth Anniversary”

43% ABV

87/100

 

Laphroaig commemorated the 200th anniversary of the distillery in 2015 with a string of anniversary releases across the breadth of their range. I haven’t tasted them all but I think they really knocked it out of the park with this strategy, particularly compared to some of their Islay brethren. These releases(cairdeas, 15, 16 & 32 yr old expressions) were spread out across the price spectrum with at least 2 being fairly priced and widely produced. I already reviewed the 2015 Cairdeas here which  was a cracking whisky.

This meant it was easier fans (or friends) everywhere to get in on the action not just collectors, each expressions offered had something different to offer. Whether this was all part of their strategy or not? I think this was a good move in a time where it’s easy for whisky producers (especially Islay) to release OK juice and wrap it up in slice of marketing bacon or drop some super old juice that only that only some can afford,fewer will open and that reviewers will do all the legwork in promoting (see whipping into a frenzy) with free samples.

laffy-15

Ok you in the back I heard your grumbling…so far 2016 has not been as kind to friends of Laphroaig with a big gap being created in the line-up (loss of 15 and 18 yrs old). The “Select” still remains and that gap’s been filled by an NAS (Lore) with the patented Ardbeg Uigedal /Johnnie Walker Blue technique of rumor and innuendo “I heard / someone told me there’s old sherry casks in there”, ” It contains some of our most precious stock”.  I’m sure it’s good whisky but it does feel like a let down after a shinning year.

I opened this bottle on my birthday because, well it’s my goddamn birthday!

 

Nose: Smoke…shocker right? not dirty smoke though, more like when you dial it in just right on a home smoker. It’s followed by lemon pith and kaffir leaves. There is a also delicate floral green side, orange blossoms, fresh oregano or savoury, jasmine tea. Then it’s opening oysters and on a table scrubbed with Dettol, grilled shellfish too. Water brings out more of the vanilla, grapefruit, calming the medicinal side somewhat.

Palate: Sour and zingy when it first hits, ashy, sharp bitter smokiness,peppery and mineral. Then there is definitely some sweet notes, slightly musky fruit (melon, apricots), candied fennel, lime and green peat, camphor and black cardamom. Water rounds out the sharpness but keeps the coastal, peppery , smoky and sweet vibe going.

The finish doesn’t last forever  but it does warm your chest and keep with the smoke and sweet & salty fennel and lime.The ABV works just fine to carry the flavors which are very rich.

20161025_221339

It’s a great whisky,surprisingly sharp and spirity still, with little obvious oak influence. Upon opening I was slightly disappointed, I was expecting too much right out of the gate, you have to let it creep up on you. That said with time and oxygen the whisky becomes more uni-dimensional especially losing the musky fruit notes rather quickly so gas it or share it if that’s your preferred sweet spot.

 

Franck


 

Laphroaig 15 “200e Anniversaire”

43% Alc/Vol

87/100

En 2015 Laphroaig célébrait son 200e anniversaire avec une série de whisky couvrant l’éventail de gamme de la distillerie. Malgré que je n’ai pas eu la chance de tous les évaluer, je crois que c’était une stratégie du tonnerre. Du moins si l’on compare avec certains de leurs voisins qui on aussi atteint cet âge vénérable récemment (Lagavulin, Ardbeg).

20161025_221441
Les whiskys concernés (Cairdeas, 15, 16 et 32ans) étaient répartie selon différents échelons de prix et ont chacun quelques chose de différent à offrir. Deux d’entre eux étaient relativement abordable et produits en assez grand nombre. J’ai effectué la critique du Cairdeas 2015 ici, un whisky qui démontrait une maturité au-delà de ces 11ans.

Je ne sais pas si ceci figurait dans leurs plans mais le résultat était avantageux  pour les amateurs de Laphroaig (ou ami comme sont appelés le fanclub de la distillerie). Surtout dans cette période ou les édition luxe sont trop fréquente et les départements de marketing nous servent des whisky médiocres au prix et histoires fabuleuses.

Pardon oui vous à l’arrière vous avez une question?  Ah oui je sais on est en 2016..Oh et puis Laphroaig semble vouloir nous briser le cœur. L’insipide “Select” est partout, le retour du 15 n’était qu’éphémère et nous avons perdu le 18ans. Ils tente de nous faire oublier grâce à un autre whisky sans mention d’âge le “Lore” qui utilise la technique breveté d’Ardbeg quand ils veulent faire saliver les “fanboys”. Rareté + rumeur = whisky de luxe tu entends des phrases du genre “j’ai entendu dire/une source m’a confirmé qu’il y a des vieux fut de xérès dans cette édition” ou “puisé de nos stocks les plus rares”…200$ et zéro certitude sur le contenu plus tard. Je suis avec vous l’avenir n’est pas très prometteur
laffy-15

Nez: fumée…non sans blague? Mais pas une fumée crasseuse. Plus genre la fumée blue parfaite d’un fumoir.
Écorce de citron et feuilles de lime kaffir. Il y aussi un côté plus délicat, floral et vert, fleur d’oranger, sarriette et thé au jasmin. Ensuite c’est un party d’huîtres sur une table en bois frotter à l’antiseptique, crustacé sur le bbq. L’eau fait ressortir du pamplemousse. Un peu de vanille et calme le côté médicament.

Bouche: un peu surette et tranchant au début. Une belle amertume, la fumée, le poivre, un côté minéral et ensuite les cendres. Il y a des notes sucrés, une légère touche de fruits musqué (melon, abricots), fenouil confit, lime, tourbe fraîche, camphre et cardamome noire. L’eau coupe un peu l’amertume, laissant le côté salin, poivré et fumé planer.

La finale est un peu courte, un retour sur le sucré, salé, le fenouil et le pamplemousse. Le taux d’alcool est bien équilibré et parvient à soutenir le bouquet  assez riche.

J’ai été agréablement surpris par ce whisky, il est équilibré, présente des saveurs bien définis et le chêne ce montre discret. Je dois avouer qu’à l’ouverture j’étais un peu déçu, je m’attendais à une bête mais c’est plutôt un ninja. Par contre je trouve qu’avec le temps et l’oxygène il devient plus unidimensionnel, je suggère le gaz inerte ou de le partager rapidement.

Franck

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s